Ernest J. Gaines

  • Dans les années quarante, en Louisiane, Jefferson, un jeune Noir, démuni et ignorant, est accusé d'un crime qu'il n'a pas commis : l'assassinat d'un Blanc.
    Au cours du procès, il est bafoué et traité comme un animal par son propre avocat commis d'office devant la cour et, pour finir, condamné à mort. La marraine du jeune homme décide alors que ce dernier doit, par une mort digne, démentir ces propos méprisants. Elle supplie l'instituteur, Grant Winggins, de prendre en charge l'éducation de Jefferson. Le face à face entre les deux hommes, que seule unit la couleur de peau, commence alors...

  • Une plantation comme une autre, près de Bayonne, en Louisiane. Tout le monde se connaît, s'épie, s'aime ou se jalouse. Dans la touffeur de l'après-midi, la belle Catherine Carmier y promène parfois sa silhouette souple, sa peau si claire, sa solitude, sous les yeux de Jackson, un jeune professeur noir de retour sur sa terre natale. Mais Jackson n'est pas le seul qui la regarde, et, tout au long de soirées interminables, un drame se noue, silencieux.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Au début des années 70, la lutte pour l'égalité des droits est loin d'être terminée pour les Noirs américains. Pour certains, c'est même le combat de chaque instant. Le révérend Phillip Martin, leader du mouvement dans une petite ville de Louisiane, est de ceux-là ; il a bâti autour de ce combat une vie solide et respectable. Jusqu'au jour où un mystérieux jeune homme vient rôder sans but apparent autour de sa maison...
    Gaines, avec son immense talent, nous entraîne dans une histoire où tension et suspense vont crescendo.

  • Une plantation aride de Louisiane, théâtre de tous les déchirements. C'est là que se nouent les amours du contremaître cajun Bonbon et de Louise, une esclave noire. Et celles, plus coupables encore, du farouche Marcus, tout juste sorti de prison, et de Louise, la femme blanche du contremaître. Sous le regard réprobateur de toute une communauté, tabous et non- dits volent en éclats. Mais comme dans une tragédie antique, leurs destins prendront peu à peu valeur d'exemple.

    Ajouter au panier
    En stock
  • C'est à plus de cent dix ans que Jane entreprend de raconter l'histoire de sa vie. L'esclavage pendant la guerre de Sécession, l'errance pour tenter de rejoindre l'Ohio, la terre des Yankees libérateurs, le labeur dans les plantations blanches de Louisiane, le combat pour l'égalité. Jane Pittman, héroïne et narratrice, mène dans son langage imagé cette émouvante chronique. Inspiré par le récit d'une ancienne esclave, ce roman pourrait s'intituler «Cent ans de servitude».

  • Copper, le fils métis et illégitime du maître blanc, revient dans la plantation où il est né. Appelé à rendre visite à son oncle, il refuse de passer par la petite porte à l'arrière de la maison, comme l'impose pourtant la tradition ségrégationniste de Louisiane. Son refus est le point de départ d'un bras de fer lourd de sens.

  • Dans la chaleur moite du bassin du Mississippi, un coup de fusil ébranle la plantation Marshall. Le Cajun Beau Boutan a été abattu devant la porte du vieux Mathu, un Noir indépendant et fier, que tout accuse. Pour sauver du lynchage celui qui l'a élevée, la fille du propriétaire, Candy Marshall, se déclare coupable. Puis, tour à tour, ouvriers agricoles et métayers noirs racontent le drame chacun à sa manière et s'accusent du crime. Au cours de cette veillée où les confessions se répondent, conflits et solidarités entre communautés se révèlent. Le plus faulknérien des romans de Gaines.

  • Il a crié «Fils» et il lui a tiré dessus, en plein tribunal. Puis le vieux Brady a demandé que le shérif lui laisse deux heures, et il est parti. Si tout le monde connaît les faits ici, à Bayonne, en Louisiane, ils sont peu nombreux à pouvoir les expliquer. Sauf peut-être les vieux du salon de coiffure qui passent leur journée à discuter... Eux connaissent Brady, l'homme qui fouettait les enfants, et savent bien pourquoi il agissait ainsi autrefois. Pour eux tout est clair, mais il faudra que le narrateur, jeune reporter au journal local, passe la journée à les écouter pour comprendre. Et pour que se dessine le portrait d'un homme au passé et à la personnalité complexes, et d'une communauté noire confrontée depuis toujours aux mêmes difficultés... Un récit plein de verve et d'humanité.

  • Quand le jeune Ernest J.
    Gaines n'était encore qu'un étudiant prometteur, l'un de ses professeurs l'interpella ainsi : " Imagine que tu aies un pistolet sur la tempe et qu'on te pose la question, " Pour qui écris-tu ?" Sans hésiter Gaines répondit: " Eh bien [...], je dirais sans doute que j'écris pour les jeunes noirs du Sud, pour qu'ils sachent que leur vie vaut la peine d'inspirer des romans, et peut-être qu'ainsi je pourrailes aider à trouver qui ils sont.
    " " Imagine que le pistolet est toujours sur ta tempe et qu'on te demande quel autre groupe en particulier tu souhaiterais toucher ", reprit le professeur. " Eh bien alors, je dirais que j'écris également pour les jeunes blancs du Sud, pour qu'ils sachent qu'à moins de connaître celui qui est leur voisin depuis plus de trois cents ans, ils ne connaîtront. que la moitié de leur propre histoire. " Ce recueil, composé de nouvelles inédites éclairées par deux textes autobiographiques, vous donnera envie de lire toute son oeuvre.

  • "This is a novel in the guise of the tape-recorded recollections of a black woman who has lived 110 years, who has been both a slave and a witness to the black militancy of the 1960's. In this woman Ernest Gaines has created a legendary figure, a woman equipped to stand beside William Faulkner's Dilsey in The Sound And The Fury." Miss Jane Pittman, like Dilsey, has 'endured,' has seen almost everything and foretold the rest. Gaines' novel brings to mind other great works The Odyssey for the way his heroine's travels manage to summarize the American history of her race, and Huckleberry Finn for the clarity of her voice, for her rare capacity to sort through the mess of years and things to find the one true story in it all." -- Geoffrey Wolff, Newsweek.
    "Stunning. I know of no black novel about the South that excludes quite the same refreshing mix of wit and wrath, imagination and indignation, misery and poetry. And I can recall no more memorable female character in Southern fiction since Lena of Faulkner's Light In August than Miss Jane Pittman." -- Josh Greenfeld, Life

empty